Mi Andalucí­a

Mi Andalucí­a

Las Minas de Riotinto, un voyage sur Mars

Alors que les célébrités commencent à réserver leur siège pour un futur voyage dans l’espace, moyennant une valise de dollars, il est possible de se rendre sur Mars pour quelques euros. Au Nord-Ouest de Sevilla, aux sources du Riotinto, s’offre à vous un paysage hors du commun. Descente sur une autre planète !

 

 

Las Minas de Riotinto – Depuis la plus haute Antiquité, les environs des sources du Riotinto ont suscité beaucoup de curiosité. Les eaux rouges qui colorent la terre, les eaux troubles qui n’attirent qu’un maigre gibier, les eaux (presque) mortes qui s’écoulent vers Huelva tirent ces caractéristiques d’un filon de métaux – cuivre, pyrite de fer, argent, or,… - qui s’étend sur 240 kilomètres de long pour quarante de large depuis Sevilla jusque bien loin au Portugal. Pourtant, l’exploitation ne fut organisée que sur le site de Las Minas de Riotinto. Une entreprise qui a débuté voici cinq mille ans pour s’achever aux premières lueurs de ce siècle.

Plutôt que de pleurer amèrement sur son sort, une équipe a préféré continuer l’exploitation des lieux… mais à l’intention exclusive du visiteur. Une visite aussi intéressante qu’étrange qui se déroule en quatre temps… comme la valse.

 


 

L’aspect historique

Rendez-vous est fixé au Museo minero de Riotinto, l’ancien hôpital anglais. En chemin, vous aurez déjà été confrontés aux paysages martiens. Le rouge l’emporte sur les verts, les bleus, les jaunes. En se frayant un passage vers la rivière, les eaux de ruissellement ont donné ces teintes étranges à la pierre. Le pin et le chêne vert dominent toute autre végétation. Le noir de la route en accentue encore l’éclat.

Seize salles permettent d’avoir une vue d’ensemble de la géologie du site ainsi que de se replonger cinq millénaires en arrière.

 



Les points forts sont assurément la reconstitution de la mine romaine. Impossible de visiter l’original pour des raisons évidentes de sauvegarde du patrimoine et de sécurité, la Fundación Río Tinto a préféré en présenter une copie conforme qui permet de se rendre compte de l’ingénierie déjà développée par nos ancêtres.

 

 

Du matériel ferroviaire (petit écartement) très bien conservé  rappelle que le réseau construit lors de la période d’exploitation britannique (1873 – 1954) a été l’un des plus importants de ce type au monde. On estime qu’il transporta de Las Minas de Riotinto à Huelva plus de cent trente millions de tonnes de minerais. La perle de la visite, le wagon du maharadjah. Construit à l’intention de la reine Victoria pour un de ses voyages en Inde, il constitue certainement l’un des wagons les plus luxueux pour ce genre d’écartement. Acquis plus tard par la Rio Tinto Company Limited, les membres de la direction y prenaient place pour rejoindre leur lieu de travail.

 



 

L’aspect didactique

Accompagné d’un guide, vous rejoignez avec votre propre voiture la mine Peña de Hierro. A travers un tunnel d’exploitation, vous atteignez le lac qui s’est formé depuis que le site n’est plus exploité. Si vous désirez piquer une petite tête, sachez que le pH de l’eau atteint les 12,4… de quoi réduire à néant l’intention.

Avec un tel taux d’acidité, il est évident que les eaux n’accueillent ni faune, ni flore… et pourtant, il s’y développe une bactérie qui intéresse au plus haut point la NASA dans ses investigations au moment d’entamer la conquête de Mars.

La mine (à ciel ouvert) en elle-même se présente sous la forme d’un cône sur pointe dont une spirale du fond vers le sommet permet de constater les différentes étapes d’exploitation. Ce chemin permettait de remonter homme, matériels et minerais mais pour améliorer la rentabilité, il fut décidé de creuser des tunnels à chaque niveau. Plus rapide et moins coûteux.

 


  

 

L’aspect touristique

Douze kilomètres de voies permettent de suivre l’itinéraire qu’ont emprunté tant de mineurs. Vous embarquez dans des wagons d’époque et vous voilà partis le long des méandres de la rivière. La guide ne cesse de parler qu’au terminus tandis que votre regard balaie de gauche à droite. Ce périple de près de deux heures vaut plus pour l’étrangeté des paysages que pour sa beauté. De nouveau, le sol a pris la teinte du métal dominant renforcé par le vert des pinèdes.

On estime que Las Minas de Riotinto connut les premières manifestations écologiques au monde. Dans les dernières années du 19ème siècle, la population pensait que la couleur de la rivière et la mauvaise qualité de son eau – impropre à la consommation – étaient dues à l’exploitation humaine. Il n’en était rien… même si l’homme a entretenu le processus.

 

L’aspect civique

En 1873, les Britanniques débarquent à Las Minas de Riotinto et prennent en charge l’exploitation du minerai. Si la main d’œuvre est essentiellement locale, les têtes pensantes viennent de la grande Albion. A leur intention, on construit une cité – Bellavista – où ils vont vivre entre eux. Un petit morceau d’Angleterre victorienne au milieu de nulle part en Andalousie.

Aujourd’hui, il est possible de visiter l’une de ces maisons, la casa 21. Il est possible… mais il faut faire partie d’un groupe constitué d’au moins trente personnes et prendre rendez-vous au préalable. Donc, je n’ai pas vu la casa 21 et je ne verrai sans doute jamais la casa 21.

 

Et le futur…

Tous les voyants sont au vert ! Vu le prix actuel du cuivre, un consortium australien est en pourparler avec les autorités andalouses et espagnoles pour relancer l’exploitation du minerai.

Si les mines ont fermé voici plus de dix ans, il s’agissait essentiellement d’un problème de rentabilité et non de richesse du filon. Les différents repreneurs n’ont pas voulu ou pu mettre en œuvre des moyens modernes, vouant à une mort lente mais certaine Las Minas de Riotinto. Mais tel le Phénix, elles renaîtront (peut-être) de leurs cendres.

 

Pour plus d’informations

-       http://parquemineroderiotinto.com

-       www.visithuelva.com

 

 



24/06/2013
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres