Mi Andalucí­a

Mi Andalucí­a

Castellar de la Frontera, une perle dans un écrin de nature

Le Campo de Gibraltar souffle le chaud et le froid. La baie d’Algeciras est l’un des endroits les plus pollués d’Espagne. En cause, la raffinerie et les nombreux pétroliers en attente, la centrale électrique, les nombreuses entreprises du parc industriel de Palmones, les activités portuaires et le trafic important dans le Détroit, parmi les plus denses au monde. Pourtant, perdu dans les collines, une perle qui ne demande qu’à se faire admirer, Castellar de la Frontera.

 

 

 

 

Castellar de la Frontera - La A-405 (San Roque – Gaucin) vous permet de constater que les cigognes forment une colonie importante dans la région. Pas un pylône de la ligne à haute tension qui ne soit aménagé pour les accueillir. Quelques encablures plus avant, ce sont les montagnes d’écorce de chêne-liège accumulées entre la route et la ligne de chemin de fer qui étonnent le visiteur. Le rond-point de Almoraima et vous voilà parti à l’assaut de la forteresse de Castellar.

En chemin, proche de la venta la Jarandilla, vous pouvez emprunter un chemin connu sous la dénomination "chaussée romaine". En fait, il s'agit vraisemblablement d'une voie médiévale - peut-être construite sur les vestiges d'une voie romaine - qui permettait d'amener les matériaux sur le site au moment de la construction de la forteresse.  

 

 

 

Bien que le site soit occupé depuis la Préhistoire, les vestiges de l'actuel château datent du XIIIème siècle sous la dynastie Omeyade. Aujourd’hui, rien n’a changé ou presque. Les quelques maisons sont blotties au creux des fortifications où le temps semble s’être arrêté.

 

 

Ce village fut même abandonné au début des années 70 avant que les nouveaux babas-cools ne réinvestissent les lieux. Le camping-car VW avait la cote et les barbecues ne sentaient pas que les herbes de Provence. Abandonné mais pas par Maria, la mémoire vivante de Castellar. Jamais, avec ses frère et sœur, elle n’a voulu quitter sa maison, même à l’époque où Castellar la nueva voyait le jour au pied de la colline.

 

 

Les nouveaux habitants ont pourtant retroussé leurs manches et ont débuté la rénovation du village, maison par maison. Pas simple quand on voit la route que devaient emprunter les véhicules chargés de matériaux.

 

 

Le Gouvernement régional (Junta de Andalucía) a alors pris conscience de la perle dont il disposait. A grand renfort de fonds, il a organisé un travail de réfection en profondeur pour aboutir à cette merveille qui vaut que l’on s’y attarde.

Le palais des Comtes de Castellar s’est transformé en hôtel de luxe. Les maisons, si elles ont conservé ce cachet d’antan, accueillent aujourd’hui essentiellement des artistes et artisans. Il est aussi possible d’y séjourner, les gîtes (casa rural) ne manquant pas.   

 

 

Les forteresses étaient avant tout des édifices défensifs. Pour ce faire, il était important de pouvoir en surveiller les accès. Vous vous rendez compte de la situation stratégique de Castellar de la Frontera dès le début de la visite. A peine passé la barbacane marquant l’entrée du château, vous avez une vue plongeante sur le Détroit de Gibraltar.

 

 

Dans le village, dédale de petites rues fleuries, le mirador de los enamorados offre une vue magnifique sur le lac de retenue du Guadarranque et sur le Parque natural de los Alcornocales (Parc naturel des chênes-lièges) qui s’étend sur plus de 170.000 hectares. Chemin de grande randonnée ou balades dans les environs, il est possible de profiter d’une nature encore intacte au départ de ce joyau que je redécouvre chaque fois avec autant de plaisir.

 

 

Festivités

 - Feria y romería del Santísimo Cristo de la Almoraima : Premier dimanche de Mai

 - Romería de San Isidro : Mai

 - Festival de flamenco : Août

 

 

 

Et pour tout tenseignement complémentaire : http://www.castellardelafrontera.es (turismo / Castellar viejo ou Historia)

 



25/03/2012
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres